"J'ai descendu dans mon jardin, j'ai descendu dans mon jardin, 

Pour y cueillir du romarin..."

Tout le monde se souvient de cette chanson enfantine ! Eh bien le voici ce romarin, dont je me sers extrêment souvent en cuisine pour son parfum incomparable... Voir mon blog cuisine :

"Du jardin et du marché à l'assiette et à la bouche !"

ROMARIN

Aromatique, vivace, persistant

IMG_5190

Le romarin est à la fois un bel arbuste et une formidable plante aromatique condimentaire. Originaire des  garrigues du bassin méditerranéen, où il pousse d’ailleurs à l’état sauvage, le romarin est très aromatisant et se prête particulièrement aux grillades de viandes et de poissons.

Comme son nom latin l’indique, « officinalis », le romarin a des vertus médicinales qui favorisent la digestion stimulent l’organisme.

On l’utilise couramment dans la composition du bouquet garni.

C'est une plante mellifère : le miel de romarin est réputé.

Nom : ROSMARINUS OFFICINALIS

Famille : Lamiacées

PLANTATION

La plantation du romarin se fait au printemps ou à l’automne et de préférence dans une terre légère et bien drainée.

Le semis est assez long et la meilleure méthode de multiplication reste le bouturage ou le marcottage. La multiplication du romarin aura lieu au printemps.

Pour le semis, il faut procéder à un semis en place mais il est parfois plus facile et rapide, pour le jardinier amateur, de planter de jeunes plants achetés dans le commerce.

Préférer une situation abritée des vents forts, surtout près de la mer.

C’est un arbuste de culture assez rustique qui résiste très bien aux températures inférieures à zéro ainsi qu’aux maladies.

Il sera en très bonne compagnie avec le thym.

IMG_5182

HAUTEUR

De 1 mètre à 1 mètre 50

EXPOSITION

Le romarin aime le soleil, même les situation brûlantes l’été. C'est une plante qui s’adapte à la plupart des régions (hormis la haute montagne) et qui craint beaucoup plus plus l’excès d’humidité ou le manque de soleil que le froid.

FLORAISON ET RECOLTE

Foraison : au printemps

IMG_5139

Récolte : de Janvier à décembre

Le top est de le consommer fraîchement cueilli, de préférence juste avant la floraison, car c'est à ce moment qu'il atteint sa pleine saveur.

Mais il se consomme bien sûr toute l'année. Couper les branches dont on a besoin tout au long de l’année. Il est préférable de couper sur du bois de l’année pour stimuler de nouvelles pousses et ramifier le romarin.

SOL

Ordinaire mais pas trop lourd. Le romarin aime les terres bien drainées, même pauvres, sèches ou calcaires.

ENTRETIEN

Le romarin redoute l’humidité dans le sol et ne résiste pas à l’eau stagnante. Arroser régulièrement la première année suivant la plantation si il fait chaud et qu’il ne pleut pas. Une fois passée cette première année, c’est un arbuste qui tolère parfaitement la sécheresse.

Un arrosage est recommandé seulement en cas de fortes chaleurs ou de sécheresse prolongée.

Le romarin est un arbuste très facile qui ne réclame quasiment aucun entretien. Ne pas hésiter pas à nettoyer le pied du romarin afin d’éviter la présence de mauvaises herbes.

Dans les régions les plus froides, couvrir le pied d’une bonne couche de feuilles sèches pour le protéger du froid.

Supprimer les branches mortes au début du printemps. Ne pas tailler sur du bois sec car le romarin ne repoussera pas sur les parties anciennes.

UTILISATION

Comme d'autres plantes aromatiques, le romarin possède avant tout des vertus médicinales, découvertes au fil des siècles. Si les Grecs l'utilisaient pour renforcer la mémoire et de stimuler l'intellect, les bienfaits du romarin sont bien plus étendus. Regorgeant de flavonoïdes, il a en premier lieu une action antispasmodique et stimulante. Il est utilisé pour soulager les tensions, qu'elles soient d'origine musculaire ou nerveuse.

 

Par ailleurs, le romarin contient des acides phénols, substances qui ont pour effet de stimuler les sécrétions biliaires et d'en faciliter l'expulsion. Autant dire qu'il constitue alors un allié hors pair pour tous ceux qui souffrent de problèmes digestifs ainsi que gastro-intestinaux. En plus, il possède aussi un effet diurétique. En infusion ou décoction, le romarin est un véritable chasseur de toxines.
Pour finir, le romarin soulage efficacement les douleurs rhumatismales. Quelques frictions de son huile essentielle permettent aux articulations ankylosées d'être soulagées.

Le consommer en condiment, toujours finement ciselé pour ne pas que ses aiguilles gênent le palais. Le romarin relève les mets salés en leur apportant une touche provençale. Parfait avec les pommes de terre, l'agneau... Il assaisonne également très bien les grillades, les viandes blanches, les tomates et le riz.

Ne pas hésiter non plus à parsemer les desserts de romarin ! Il réveillera ainsi les préparations à base de fruits (compotes, confitures et tartes) aux abricots, figues et pêches notamment. Il s'associe aussi au chocolat noir et aux ganaches.
Penser par ailleurs à le faire infuser dans les crèmes et glaces pour les aromatiser. Le mariage avec la cannelle est à découvrir.

Pour apporter une touche originale et parfumée lors des barbecues, substituer des tiges de cette plante aux traditionnelles piques en bois. Prendre soin, avant d'embrocher, d'en ôter les feuilles (sauf celles d'une extrémité) mais ne pas les jeter : glissées à l'intérieur d'un petit sachet dans une penderie, elles tiendront les mites à distance du linge.

Besoin d'une boisson fortifiante ? Le mettre à macérer pendant plusieurs semaines dans du vin rouge. Quelques gorgées suffiront à rendre la vigueur évanouie...

IMG_5140

IMG_4094

LES PHOTOS SONT TOUTES PERSONNELLES ET PRISES PAR MES SOINS.